Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur YouTube
Accueil > Tout sur les Autos : Le coin de la Jardinière
PNG - 127.3 ko

HISTOIRE RAPIDE DE LA JARDINIÈRE

En 2010, la 500 jardinière a fêté ses 50 ans !

JPEG - 63.5 ko
Fiat 500 C Giardiniera

Fiat 500 C Giardiniera

Les origines de la Fiat Jardinière remontent à une extrapolation de la Topolino sous le nom de Giardiniera en 1948, puis de break Belvédère en 1951. Elle était équipée d’un moteur avant 4 cylindres de 570 cm3.

À partir de 1955

Il y a un besoin pour les professions laborieuses. Il n’y a plus de break de petite cylindrée. Créer ce type de voiture sur la base de la Fiat 600 ne fut pas possible à cause de la configuration de son moteur 4 cylindres à refroidissement à eau. L’architecture du moteur à refroidissement à air de la Fiat 500 était plus facile à transformer. Il se fit donc « flat » (les 2 cylindres sont basculés latéralement) pour créer un plateau de chargement arrière.

1959

Lombardi a l’idée de construire un break à partir de la Fiat 500 N. Il y aura au moins 2 modèles, une version break et une version pick-up. Le souci, c’est la place occupée par le moteur de la 500. Il interdit un seuil de chargement correct pour un utilitaire. Le besoin était donc bien réel d’avoir un break dans la gamme 500.

PNG - 171.4 ko
Moteur flat
JPEG - 65.4 ko
FIAT Jardinière

Mai 1960. La Jardinière « le break 500 »

fait son apparition avant la 500 D : longueur : 3,18 m, hauteur : 1,35 m. Elle sera commercialisée jusqu’en 1977.
L’allongement de l’empattement permet un accroissement important de l’habitabilité à l’arrière. Un toit ouvrant en toile allongé découvre jusqu’aux places arrière.
Pour la partie mécanique, Dante Giacosa s’inspira du moteur boxer de Steyr-Puch. Il garde le moteur de la 500 mais bascule latéralement les deux cylindres et réalise d’autres aménagements moteur (refroidissement, carburation, échappement). Ceci permet d’obtenir un moteur ultra-plat qui prend place sous le plancher arrière. Le surnom de ce moteur est : Sogliola, la sole. Avec ses 17,5 ch DIN à 4 600 tr/min, la Jardinière atteint 95 km/h.
La Jardinière peut transporter 4 passagers et 50 kg de bagages ou alors 2 passagers et 200 kg de chargement.
Des versions purement utilitaires ont été produites en complément de la version « familiale », avec remplacement des vitres arrière par des panneaux tôlés.

JPEG - 65.3 ko
Jardinière Tôlée

La Jardinière étant considéré comme un utilitaire, quelle que soit sa version, elle conservera ses portes suicide jusqu’à la fin de sa production comme l’autorisait la législation.
Ci-dessus, déclinée en version tôlée par Autobianchi.

JPEG - 77.4 ko
Jardinière Autobianchi

Mars 1968. La Fiat 500 Jardinière devient Autobianchi.

Fabriquée depuis l’origine à Desio dans les usines d’Autobianchi, mais sous la marque Fiat, elle devient définitivement Autobianchi pour la fin de sa carrière. La mécanique reste la même, seuls des éléments esthétiques changent progressivement (apparition du logo Autobianchi sur la face avant, remplacement des vitres coulissantes arrière par une vitre unique ouvrant à compas…). La commercialisation en France s’arrête en 1970 bien que la Jardinière ait été produite jusqu’à la fin de 1977.

JPEG - 44.2 ko
Jardinière Pick-up Ziba

Le carrossier Ziba sortira une version Pick-up, cette fois avec la « Sogliola » et non plus le moteur de la 500 N.

Album photo :

Fiat 500 C Giardiniera
Moteur flat
FIAT Jardinière
Jardinière Tôlée
Jardinière Autobianchi
Jardinière Pick-up Ziba
Accueil > Tout sur les Autos : Le coin de la Jardinière
PNG - 127.3 ko

HISTOIRE RAPIDE DE LA JARDINIÈRE

En 2010, la 500 jardinière a fêté ses 50 ans !

JPEG - 63.5 ko
Fiat 500 C Giardiniera

Fiat 500 C Giardiniera

Les origines de la Fiat Jardinière remontent à une extrapolation de la Topolino sous le nom de Giardiniera en 1948, puis de break Belvédère en 1951. Elle était équipée d’un moteur avant 4 cylindres de 570 cm3.

À partir de 1955

Il y a un besoin pour les professions laborieuses. Il n’y a plus de break de petite cylindrée. Créer ce type de voiture sur la base de la Fiat 600 ne fut pas possible à cause de la configuration de son moteur 4 cylindres à refroidissement à eau. L’architecture du moteur à refroidissement à air de la Fiat 500 était plus facile à transformer. Il se fit donc « flat » (les 2 cylindres sont basculés latéralement) pour créer un plateau de chargement arrière.

1959

Lombardi a l’idée de construire un break à partir de la Fiat 500 N. Il y aura au moins 2 modèles, une version break et une version pick-up. Le souci, c’est la place occupée par le moteur de la 500. Il interdit un seuil de chargement correct pour un utilitaire. Le besoin était donc bien réel d’avoir un break dans la gamme 500.

PNG - 171.4 ko
Moteur flat
JPEG - 65.4 ko
FIAT Jardinière

Mai 1960. La Jardinière « le break 500 »

fait son apparition avant la 500 D : longueur : 3,18 m, hauteur : 1,35 m. Elle sera commercialisée jusqu’en 1977.
L’allongement de l’empattement permet un accroissement important de l’habitabilité à l’arrière. Un toit ouvrant en toile allongé découvre jusqu’aux places arrière.
Pour la partie mécanique, Dante Giacosa s’inspira du moteur boxer de Steyr-Puch. Il garde le moteur de la 500 mais bascule latéralement les deux cylindres et réalise d’autres aménagements moteur (refroidissement, carburation, échappement). Ceci permet d’obtenir un moteur ultra-plat qui prend place sous le plancher arrière. Le surnom de ce moteur est : Sogliola, la sole. Avec ses 17,5 ch DIN à 4 600 tr/min, la Jardinière atteint 95 km/h.
La Jardinière peut transporter 4 passagers et 50 kg de bagages ou alors 2 passagers et 200 kg de chargement.
Des versions purement utilitaires ont été produites en complément de la version « familiale », avec remplacement des vitres arrière par des panneaux tôlés.

JPEG - 65.3 ko
Jardinière Tôlée

La Jardinière étant considéré comme un utilitaire, quelle que soit sa version, elle conservera ses portes suicide jusqu’à la fin de sa production comme l’autorisait la législation.
Ci-dessus, déclinée en version tôlée par Autobianchi.

JPEG - 77.4 ko
Jardinière Autobianchi

Mars 1968. La Fiat 500 Jardinière devient Autobianchi.

Fabriquée depuis l’origine à Desio dans les usines d’Autobianchi, mais sous la marque Fiat, elle devient définitivement Autobianchi pour la fin de sa carrière. La mécanique reste la même, seuls des éléments esthétiques changent progressivement (apparition du logo Autobianchi sur la face avant, remplacement des vitres coulissantes arrière par une vitre unique ouvrant à compas…). La commercialisation en France s’arrête en 1970 bien que la Jardinière ait été produite jusqu’à la fin de 1977.

JPEG - 44.2 ko
Jardinière Pick-up Ziba

Le carrossier Ziba sortira une version Pick-up, cette fois avec la « Sogliola » et non plus le moteur de la 500 N.

Album photo :

Fiat 500 C Giardiniera
Moteur flat
FIAT Jardinière
Jardinière Tôlée
Jardinière Autobianchi
Jardinière Pick-up Ziba
Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur YouTube
© Fiat 500 et Dérivés CLUB DE FRANCE - Tous droits réservés
Mentions légales et Crédits du site